mercredi 24 mai 2017

Mettre en oeuvre un plan anti-terroriste

Au moment où j'écris cet article, nous sommes au surlendemain de l'attentat de Manchester. Cet acte immonde a été revendiqué par les islamistes de Daesh. La menace terroriste est présente en Europe depuis plusieurs années et en particulier chez nous en France. Nous ne pouvons nous résigner à faire un décompte macabre de victimes. Avec fermeté et  discernement, je veux mettre en oeuvre un plan anti-terroriste qui traite les causes de l'islamisme et qui consolide la cohésion nationale.



Prévention par l'éducation
Je relève deux caractéristiques marquantes des hommes qui commettent ces actes de barbares : ils sont pour la plupart européens ou nés en Europe et il y a souvent dans leur parcours de la délinquance voire de la prison.

Pourquoi des jeunes (la plupart ont moins de 30 ans) qui ont grandi en France, en Angleterre ou ailleurs en Europe nourrissent une telle haine envers leur pays? Ou, pour poser la question autrement et éviter toute tentation de victimisation, pourquoi n'ont-ils pas en eux l'amour de leur pays? Car il s'agit bien de cela. Il faut inculquer à notre jeunesse, quelles que soient leurs origines, l'attachement et la fierté d'appartenir à une grande nation, grande par son histoire et sa culture. L'enseignement et en particulier celui de l'histoire a un rôle primordial de transmission et de partage du patrimoine commun. Il faut arrêter de détricoter la chronologie de l'histoire en lui faisant perdre son sens et l'orientation des thèmes vers une auto-flagellation mortifère qui entretient un sentiment d'injustice chez des enfants d'origine étrangère (je pense aux sujets de la colonisation ou de l'esclavage qu'il faut aborder sous tous ses aspects, en étudiant par exemple le rôle d'avant-garde de la France dans l'abolition de l'esclavage).

Traiter la délinquance, celle que l'on qualifie de "petite" sans doute à tort, c'est aussi lutter contre la radicalisation. La responsabilisation des parents, l'accompagnement des familles quand c'est nécessaire et une vraie police de proximité, présente et qui connaît bien le terrain, sont nécessaires pour prévenir et enrayer la délinquance.

Une lutte anti-terroriste coordonnée
La police, la gendarmerie, l'armée et la justice travaillent dur pour éviter les attentats et quand malgré tout ceux-ci surviennent leur détermination est remarquable pour en retrouver les auteurs et commanditaires. Pourtant ce n'est pas suffisant. Il faut davantage de coordination, notamment en terme de renseignement, entre les différents services de l'état et avec les autres pays. Il faut aussi, parce que c'est nécessaire, plus de moyens matériels pour être plus efficace et plus rapide.

Il n'y a pas de solution miracle mais avec une politique d'intégration exigeante, une immigration contrôlée, une école qui joue son rôle de creuset de la société et de passeur de valeurs communes, des services de l'état disposant de moyens conséquents pour agir, nous pouvons lutter contre le fléau du terrorisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire