jeudi 4 mai 2017

Recomposons la droite

Quel que soit le vainqueur de l’élection présidentielle le 7 mai, les Français ne seront vraisemblablement pas satisfaits. Le débat d’hier soir, nourri de mépris, arrogance, ironie, invectives, caricatures, a confirmé qu’aucun des deux candidats n’a l’envergure d’un chef d’état. Beaucoup d’entre nous aurons voté par défaut et fait le choix du « moins pire », voire nous aurons voté blanc ou nous nous serons abstenus. Les résultats du premier tour ont montré que nous avions fait le tour des vieux partis. Une évidence s’impose à quelques mois des élections législatives : il faut faire émerger un
véritable parti d’opposition et pour cela, reconstruire un projet de droite qui agisse pour protéger la famille et respecter l’homme dans tous les aspects de sa vie et qui œuvre pour plus de justice sociale.

Les leçons à tirer
Malgré sa large victoire à la primaire de la droite et du centre et le mécontentement général au bout d’un quinquennat socialiste calamiteux, François Fillon n’a pas réussi à convaincre les Français. Il faut avoir l’honnêteté et la lucidité d’analyser cet échec. J’y vois plusieurs raisons.
Le projet de François Fillon ne s’engageait pas assez pour défendre des valeurs que les Français veulent protéger et en premier lieu, la famille. Face à un Emmanuel Macron favorable à la GPA[i], il aurait dû se prononcer avec plus de clarté et de fermeté contre toute marchandisation du corps humain, contre la transformation de l’humain en objet.
Certaines propositions de François Fillon péchaient par excès de libéralisme. Je pense en particulier au domaine de la santé (même s’il est revenu en cours de campagne sur la privatisation d’une partie de l’assurance maladie). Or la France, très éprouvée, a besoin d’une autre orientation.
J’y vois aussi la force de la puissance médiatique qui a réussi à évincer un favori et porter au deuxième tour un homme sans l’expérience nécessaire pour une telle responsabilité.

Une nécessaire force d’opposition
 Emmanuel Macron ou Marine Le Pen au pouvoir, il faudra contrebalancer leurs orientations (sur des points certes différents) par une opposition forte et structurée. C’est pourquoi les élections législatives qui se déroulent en juin sont déterminantes et c’est pourquoi je suis candidat dans la 5e circonscription du Val d’Oise Argenteuil / Bezons.
J’appelle, à la suite de Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate (PCD), à construire une opposition qui mette en avant les valeurs traditionnelles et refuse l’exclusion des plus démunis d’entre nous. En ce sens, une droite sociale et conservatrice répond aux attentes de nombreux Français. C’est la ligne que nous défendons au PCD.

Pour une recomposition de la droite
Dans de nombreux partis, on observe une ligne de fracture idéologique. C’est le cas notamment chez les Républicains ou encore au Front national. Cohabitent tant bien que mal une mouvance libérale qui prône une société soumise au marché, souvent au détriment de la dignité humaine, et une autre mouvance, conservatrice du point de vue des valeurs et sociale pour ce qui est de la juste répartition des richesses et de la solidarité.
Aussi, je crois qu’il est possible de construire cette force politique, en s’appuyant sur les femmes et les hommes de bonne volonté qui aspirent à une société plus juste et plus respectueuse de la personne humaine. Une force politique qui combatte la dilution de la nation dans une Europe ultra-libérale et un monde globalisé dans lequel prime la finance et les profits.

Votre député, j’œuvrerai avec vigueur à la formation de cette opposition, qui réunira des personnes de sensibilités proches et représentera une France soucieuse de sa cohésion sociale, fière de son histoire et de sa culture et attentive avant tout à l’homme dans son contexte personnel, familial, professionnel et social. 

Interviews de Jean-Frédéric Poisson :
20 minutes du 24 avril 2017 Présidentielle: «Il y a une forme de danger avec Macron», juge Jean-Frédéric Poisson du Parti chrétien-démocrate »




[i] Gestation Pour Autrui

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire