Pages

lundi 22 juin 2020

Communiqué pour le deuxième tour des élections municipales d’Argenteuil

Malgré un premier tour amputé par une abstention record de 67,8% liée à la crise du Coronavirus, malgré un écart entre les deux tours de plus de trois mois, le deuxième tour des élections municipales aura lieu à Argenteuil le 28 juin prochain sans doute avec un nouveau record d’abstention ; un scandale démocratique !
Trois candidats ont été qualifiés pour le second tour : M. Mothron, M. Doucet et M. Slaouti.
De profonds désaccords avec ces trois candidats m’empêchent d’apporter un soutien pour ce second tour, explications.
Le non-respect des engagements de campagne et le mode de gouvernance autocratique du maire m’ont poussé à quitter la majorité en novembre 2018 (Tract joint “Nous quittons la majorité).
En particulier, mon intervention contre le projet Cap Héloïse porté par M. Mothron lors du conseil municipal du 19 décembre 2017 a acté la rupture définitive avec la majorité, un projet en rupture complète avec nos engagements de campagne notamment de lutte contre le bétonnage. Ce projet s’il aboutissait défigurerait de manière définitive notre ville. De plus il rendrait beaucoup plus difficile notre reconquête des berges de Seine (accès, besoin de circulation). L’aménagement de l’îlot Héloïse doit se faire dans une réflexion globale avec la reconquête des berges.
Sur le sujet, M. Doucet était à l’origine de ce projet et ne le remet pas en cause sur le fond, mais devant la forte opposition promet un référendum tout en expliquant que financièrement ce serait compliqué, voire impossible d’abandonner le projet.
On l’a vu tout au long du mandat, M. Mothron, qui fustigeait M. Doucet sur le sujet du bétonnage n’est pas en reste ; Liddl sur la butte d’Orgemont, jardins de la Croix rouge, destruction d’une maison de maître, friche Balzac. Le bétonnage de la friche Balzac est d’autant plus surprenant que M. Mothron fait le constat de l’absence d’espaces verts au Val sud…
Sur la forme, M. Mothron a un mode de gouvernance autocratique et méprisant. Le déni, la dissimulation, constituent son mode de fonctionnement. Par exemple sur les emprunts toxiques, le maire président de la commission chargée de calculer le coût de ces emprunts pour le contribuable a conclu sans l’accord des membres de l’opposition qu’il était impossible de faire ce calcul. Pourtant c’est mathématique et chiffrable au minimum à environ 80 millions d’euros. Certains disent que c’est une erreur que de nombreuses collectivités ont faite. Sauf que ce qui change ici c’est que ce ne sont pas seulement les nouveaux emprunts, mais la quasi-totalité des emprunts de la ville qui a été convertie en emprunts toxiques par M. Mothron. Sans doute pour éviter d’avoir à augmenter les impôts avant la fin de son mandat de 2001/2008. Même les emprunts du syndicat Azur ont été transformés en emprunts toxiques pour un coût de 25 millions d’euros. Aujourd’hui le renouvellement des camions de ramassage des poubelles ne se fait pas sur des véhicules électriques car trop chers… Mais aucun mea culpa de la part du maire et de son premier adjoint.
Concernant M. Doucet, souvenons-nous de son matraquage fiscal et de ses dépenses pharaoniques, qui amenèrent notre ville à un déficit supérieur à 5% en 2013, obligeant le préfet à saisir la Chambre Régionale des Comptes afin de mettre en place « les mesures nécessaires au rétablissement de l’équilibre budgétaire » par courrier du 23 juin 2014 (Pièce jointe). M. Doucet avait sans doute prévu de gérer ce problème avec ce nouvel impôt qu’il avait fait voter en 2013 et qui allait s’appliquer en 2014 : la suppression de l’abattement à la base pour la taxe d’habitation.
Et puis, même s’il n’y a pas de condamnation à ce jour et que la présomption d’innocence doit être la règle, des faits suffisamment graves et sérieux conduisent M. Doucet à être mis en examen.
Nous avons expliqué tout au long de la campagne du premier tour combien il était essentiel de créer une vraie police municipale, une police d’une centaine d’agents, proche de tous les habitants, afin de lutter contre la délinquance et les incivilités qui rongent notre ville et ainsi apaiser notre cité. Aucun des candidats n’est à la hauteur de ce projet et nous avons un désaccord profond sur le sujet avec M. Slaouti qui lui veut supprimer la police municipale (Tract joint « Propositions pour une ville solidaire et écologique » paragraphe « pour la tranquillité publique »)
Vous comprenez qu’aucun des candidats n’est à la hauteur des ambitions de développement de l’énorme potentiel de notre ville que nous avons formulé lors de cette campagne, et que nous continuerons à développer dans les mois à venir, et chacune de ces candidatures sur des aspects différents est néfaste pour Argenteuil.
De plus la prolifération du Coronavirus et les annonces des premières restrictions et mises en garde par le 1er ministre le 13 mars dernier n’ont pas permis une expression démocratique pleine et sincère lors du premier tour de cette élection municipale et la tenue de ce second tour en situation d’urgence sanitaire est pour moi un non-sens démocratique.
C’est pourquoi j’appelle les citoyens d’Argenteuil, à voter blanc lors de ce deuxième tour des élections municipales.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire