dimanche 7 mai 2017

Vidéo 2 "L'éducation, une priorité"



Bonjour,

Mon principe en matière d’éducation est très simple : je veux un enseignement de qualité pour tous. Il est urgent de recentrer les apprentissages sur les fondamentaux : lire écrire, compter. Il faut pouvoir proposer le redoublement en primaire avec un soutien spécifique des enfants en difficulté notamment en rétablissant l’aide personnalisée. Nous devons œuvrer pour que tous les enfants maîtrisent  la langue française à l’entrée au collège. Pour améliorer notre système éducatif et assurer à nos enfants une instruction et une formation de qualité, nous devons agir à la fois à l’échelle nationale et à l’échelle locale.

20% des élèves à l’entrée au collège ne maîtrisent pas bien la lecture et l’écriture. Et certains de nos quartiers sont encore plus sévèrement touchés par l’échec scolaire. Pour exemple, la part de la population non scolarisée de plus de 15 ans sans diplôme est de 37% dans le Quartier prioritaire Delaune Masson Colomb de Bezons et de 39% dans le quartier prioritaire du Val d’Argent Nord d’Argenteuil.
Le collège a beaucoup souffert des dernières réformes. Un seul exemple : celle du gouvernement sortant, baptisée Collège2016, est décriée par les enseignants et les parents.

Avec collège 2016, l’enseignement du latin et du grec a été détruit au profit d’une vague initiation aux cultures antiques (autant les appeler « cultures mortes » !). Plus grave encore peut-être : les classes bi-langues qui constituent, en particulier dans des territoires comme le nôtre, des filières d’excellence sont en voie d’extinction. Au nom d’égalitarisme, on nivelle par le bas et on refuse en réalité à ceux qui ont moins de chances au départ de s’en sortir par le haut !

Parce qu’il faut se donner les moyens de cette exigence, je veux consacrer 50% de ma réserve parlementaire pour implanter des écoles Espérance banlieues sur notre territoire. Il faut aussi permettre à ces écoles d’accéder à des financements publics pour les pérenniser. Il s’agit d’écoles indépendantes au cœur des quartiers en grande urgence éducative avec des équipes motivées et un suivi renforcé des élèves, en concertation avec les parents. Une dizaine en France ont fait leurs preuve : avec de la volonté, du travail et des moyens, nos enfants, quelles que soient leurs origines et le quartier où ils habitent, peuvent réussir à l’école.

On doit par ailleurs pouvoir choisir la voie professionnalisante non par défaut comme c’est encore trop souvent le cas, mais par goût et parce que cette formation répond à un projet personnel et professionnel. En France, on manque de techniciens qualifiés dans des domaines de pointe. Plutôt que de former des jeunes, contre leur gré bien souvent, à des métiers peu qualifiés du tertiaire sans débouchés, il faut contribuer à des filières techniques et professionnalisantes d’excellence.

En tant qu’élu délégué à la culture du maire d’Argenteuil, je sais d’expérience que la culture, loin d’exclure, nous rassemble. Il suffit de voir les résultats des interventions du  conservatoire à rayonnement dans les écoles partenaires. Des professeurs investis, des élèves motivés et la transmission d’une culture et d’un patrimoine communs. C’est un des rôles majeurs de l’école que je veux remettre à l’honneur : faire aimer à nos enfants notre culture, notre histoire et notre pays.

Ensemble pour notre territoire, notre bien commun !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire