lundi 7 janvier 2019

Gabegie du syndicat Azur, pas de mea culpa!

Intervention sur le point n°1 du conseil de territoire du 20 décembre 2018 “Communication du rapport d’activité 2017 du Syndicat AZUR”.
“Ce rapport appelle quelques remarques.
l’observatoire régional des déchets et l’institut d’aménagement et d’urbanisme de la région ont réalisé une enquête en 2016 pour l’Ile de France concernant la gestion des
déchets ménagers. Celle-ci révèle notamment que pour un habitant d’Ile de France, les déchets du quotidien sont de 20kg/an pour le verre, 35kg/an pour les emballages et papiers et 268kg/an pour les ordures ménagères. Concernant le territoire couvert par la société Azur (Argenteuil, Bezons, Cormeilles en Parisis et la Frette sur Seine) nous sommes à 326.45kg/an d’ordures ménagères soit 14% de plus, 26kg/an pour les emballages et papiers soit 25% de moins et environ 9kg/an de verre soit 56% de moins.
Cette comparaison nous montre le chemin qu’il nous reste à parcourir pour aller vers une gestion plus durable de nos déchets.
Cela m’amène à quelques réflexions : Pourquoi n’existe-il aucun tri des encombrants qui sont broyés pour l’usine d’incinération (5683 tonnes en 2017) ? Le taux de refus du centre de tri est très élevé avec un emballage sur 3 refusé.
Pour le recyclage du verre dont je rappelle les bénéfices; réduction de la quantité d’ordures ménagères, économie d’énergie (100kg de fuel/tonne recyclée), économie de matière première (1T de verre économise 1.2T de matière première), économie d’eau (1 tonne économise 1.17m3 d’eau) et limitation de l’impact sur l’effet de serre avec la réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2) (0.46T de CO2 économisés), atteindre la moyenne de l’ile de France ce serait 1844 tonnes de plus de verre collectés, soit 184 tonnes de fuel économisés, 2200 tonnes de matière première, 2160m3 d’eau, 850 T de Co2 économisés ; un beau défi à relever. De plus le verre a un cout de collecte et de traitement très inférieur aux ordures ménagères,
Pour relever ce défi et plus généralement augmenter le taux de recyclage des déchets ménagers, nous devons repenser, intensifier la mission de sensibilisation et encourager, financer des initiatives pour le développement durable comme les ressourceries, recycleries ou les réparateurs en électroménager et autres produits de consommation.
En 2017, seulement 1529 enfants ont été sensibilisés en classe ou en école de loisir soit environ 60 classes ou 5 classes par mois alors que 191 classes ont demandé au moins une animation. Au vu de nos très mauvais résultats concernant le tri, il faut changer de braquet ; nous devons investir massivement sur la sensibilisation et en particulier la sensibilisation des plus jeunes. Les jeunes sont ensuite des ambassadeurs auprès de leurs parents.
Nous n’avons pas entendu de mea culpa concernant les emprunts toxiques contractés pour le syndicat Azur. Une colossale gabegie financière payée par les contribuables.
Quelques chiffres sur les emprunts du syndicat Azur :
  • En 2015 un emprunt dont le capital restant du était de 6 458 987€ avait un taux d’intérêt de 25%.
  • Suite au refinancement des emprunts toxiques pour passer à un taux fixe, les indemnités intégrées au capital des nouveaux emprunts ont presque fait doubler le capital à rembourser soit près de 20M€ d’indemnité ! A cela s’ajoute un taux de renégociation des prêts anormalement élevé à 3,3% alors que les taux se négociaient autours de 2% en 2016, un coût d’environ 4,8M€.
  • Soit une perte financière de près de 25M€ pour ces renégociations, perte minorée par une aide du fond de soutien aux collectivités de 8 325 927€, soit, hors intérêts astronomiques payés avant la renégociation, une perte nette de près de 17M€ !
Voilà M. le président quelques réflexions concernant le rapport du syndicat Azur”

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire